Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 15:35

Les résultats du 1er tour des élections régionales traduisent la désespérance sociale de beaucoup de nos concitoyens, engendrée par le chômage et l’austérité, comme leur exaspération devant les engagements non tenus.

En aucune manière, l’irréalisme du programme du Front National, qui remet en cause les valeurs de la République, ne saurait y répondre.

C’est pourquoi, la gauche étant absente du second tour, j’appelle au rassemblement le plus large pour battre l’extrême droite et donc à voter pour la liste conduite par Xavier Bertrand.

 

_____________

Repost 0
Published by Marc DOLEZ - dans Politique intérieure
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 08:07

J’ai signé la pétition, adressée au président de la République, « Pour un collège de l’exigence », à l’initiative de François Bayrou, Jean-Pierre Chevènement, Luc Ferry, Pascal  Bruckner, Jacques Julliard, Michel Onfray.

Je vous invite à soutenir cet appel pour obtenir le retrait du décret de « réforme » du collège, pour demander que ce décret soit refondu après les consultations et le débat républicain qui s’imposent.

Cet appel peut être signé à l’adresse :

www.pouruncollegedelexigence.fr

 

                                                                           Marc DOLEZ

                                     

                                                                         

                                     

Repost 0
Published by Marc DOLEZ - dans Politique intérieure
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 15:25

            La République debout !

 

Le 11 Janvier 2015 restera dans notre histoire par l’ampleur du mouvement d’indignation et de solidarité face à la barbarie.

 

         C’est un attachement profond aux valeurs de la République qui s’est exprimé avec force.

 

Il doit maintenant permettre d’agir, dans l’unité nationale, pour mieux vivre ensemble dans le respect de nos différences, pour que vive la République !

 

 

                                                                                                                      Marc DOLEZ

_____________

Repost 0
Published by Marc DOLEZ - dans Politique intérieure
commenter cet article
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 10:24

Ci-après le courrier adressé , le 18 Novembre, à François Fillon par les 7 parlementaires Front de Gauche de la région.

 

 

Monsieur le Premier ministre,

 

La politique mise en œuvre par le gouvernement depuis quatre ans et demi, jour pour jour, s’est traduite par : le renforcement de l’ensemble des difficultés de nos concitoyens ; la liquidation progressive des services publics et du modèle social français ; l’étranglement financier des collectivités locales (communes, départements, région) placées dans une dépendance budgétaire accrue vis-à vis de l’Etat ; l’assujettissement étroit de ce dernier aux exigences des milieux d’affaires et boursiers.

Avec les plans successifs de rigueur que votre majorité vient d’adopter en trois mois, la France est plus que jamais au bord de la récession sous l’effet d’une croissance en berne. Et la crise nourrie directement par tous ces choix ne cesse en retour, d’en accélérer les conséquences.

A l’échelle de notre Région Nord-Pas-de-Calais, il suffit de peu de chiffres pour témoigner des reculs et des gâchis opérés. Peu de chiffres mais ils sont accablants !

Avant d’en donner plusieurs exemples, nous voulons cependant vous dire que nous partageons la colère des victimes de l’amiante qu’une décision du 27 octobre de la Cour d’Appel de Douai suite à une démarche du Fiva, condamne à rembourser des indemnités légitimement perçues. Nous demandons que le gouvernement prenne l’initiative d’une loi pour mettre un terme à cette indignité.

Et par ailleurs, nous nous associons à l’attente de la corporation minière d’ouverture de négociations pour garantir une vraie gratuité des soins et l’emploi des personnels du régime minier.

Le dossier amiante et celui du régime minier conjuguent l’un et l’autre, l’exigence de justice sociale et de dignité portée par la population du Nord-Pas-de-Calais. Ils sont à ce titre, exemplaires de la détermination de nos concitoyens mais aussi de la dégradation des conditions et moyens de vie de l’immense majorité des habitants.

Les chiffres, ce sont d’abord ceux du logement, au moment où le gouvernement renforce son désengagement de la construction sociale au sein du Budget 2012. On recense 131 000 demandes de logement en attente dans le Nord-Pas-de-Calais.

Ceux de la santé ensuite, avec un déficit de nos hôpitaux régionaux estimé à 20 millions d’euros. Réduit à grand renfort d’austérité, ce déficit pèse sur les conditions de travail des personnels, les conditions d’accueil et de soins des usagers, l’amélioration des moyens des établissements.

Une étude de l’Observatoire régional de la santé place le Nord-Pas-de-Calais généralement en fin de classement des comparatifs sanitaires inter-régionaux, et Lille « loin derrière Toulouse, Lyon, Bordeaux ou encore Strasbourg pour ce qui concerne l’offre de soins ». Cela légitime la demande « de moyens supplémentaires pour les régions défavorisées » rappelée à propos de la surmortalité régionale liée aux cancers.

La situation scolaire suscite les même alarmes quand on évalue à 10 000 le nombre de jeunes qui, chaque année dans notre Région, quittent l’école sans qualification. Nous revendiquons le rétablissement de l’ensemble des milliers de postes supprimés en cinq ans, indispensables à l’objectif de réussite scolaire pour tous.

Le rejet récent du dossier de candidature lillois aux financements nationaux pour l’enseignement supérieur et la recherche ajoute une dimension supplémentaire à ces enjeux éducatifs. Nous proposons que soit réexaminée la question des moyens d’Etat qu’appelle l’essor de l’université et de la recherche en région.

Que dire enfin des chiffres du chômage ? Nos deux départements comptent 372 000 demandeurs d’emploi. Plus de 63 500 jeunes de moins de 25 ans sont sans travail. Le chômage de longue durée explose et le taux de chômage régional est supérieur de 3,5 points au taux national.

Tous nos bassins d’emploi sans exception, sont frappés par un chômage de masse désormais présent dans la vie quotidienne d’au moins un million d’habitants (hommes, femmes et enfants) du Nord-Pas-de-Calais : un habitant sur quatre de notre Région !

Dans un tel contexte, l’appauvrissement de la société française prend dans nos territoires une dimension supérieure. Le Nord-Pas-de-Calais s’il représente 6% de la population recense 10,7% des attributaires du RSA et 7,5% des attributaires de l’allocation adulte handicapé. Mais, et c’est un contraste insupportable, il comptabilise aussi 17 des 200 plus grandes fortunes de France (8,5% par conséquent).

Nous sommes fermement convaincus qu’il n’y a pas de fatalité à ces dégradations et que les moyens existent aux plans européen, national et régional de faire autrement.

C’est pourquoi nous vous demandons de nous recevoir pour vous soumettre des propositions et des attentes prenant appui sur les atouts de nos départements.

Au nombre de ces atouts, la jeunesse de notre population; notre position stratégique au cœur de l’Europe du Nord ; notre littoral et des ports ouverts aux activités essentielles que sont la pêche et sa transformation, le fret et le transport voyageurs ; nos établissements d’enseignement supérieur, laboratoires et centres de recherche ;  les savoir-faire des salariés et cadres de nos entreprises…

Nous demandons d’abord que l’Etat assume sa responsabilité vis-à-vis de nos collectivités locales et restitue le milliard et demi d’euros qu’il doit aux habitants du Nord Pas de Calais.

Pour l’emploi, l’industrie, socle de notre économie, doit figurer au cœur du redressement de notre région.

Cela concerne le ferroviaire pour lequel une commission parlementaire a établi 25 mesures favorisant un développement en filière pour associer groupes constructeurs et PME sous-traitantes dans la conquête de marchés. Où en est le gouvernement dans la mise en œuvre des dispositifs adoptés à l’unanimité des parlementaires de cette commission ?

Cela concerne aussi l’automobile qui souffre aujourd’hui de l’annonce de la fin du partenariat Fiat-PSA à Sevelnord (Hordain) : 2 000 emplois supprimés en trois ans et la crainte de voir disparaître les 2 500 emplois restants. Les conséquences seraient considérables sur les 10 000 emplois des sous-traitants et équipementiers en dépendant, à l’exemple du groupe Faurécia où des restructurations sont en cours, et sur toute la filière automobile. En intervenant auprès des groupes constructeurs, l’Etat doit engager tout son poids pour la mise en œuvre de solutions industrielles et pour des investissements productifs.

 

 

  

                                   Alain BOCQUET                Jean-Jacques CANDELIER            Marc DOLEZ

                                   Député du Nord                Député du Nord                             Député du Nord

 

 

                                   Michèle DEMESSINE         Eric BOCQUET                              Dominique WATRIN

                                   Sénatrice du Nord              Sénateur du Nord                          Sénateur du Pas-de-Calais

 

 

                                   Jacky HENIN

                                   Député Européen

 

 

                                  _________________

 

 

 

 

Repost 0
Published by Marc DOLEZ - dans Politique intérieure
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 14:37

Les député-e-s communistes, républicains, du parti de gauche ne se plieront pas à un appel au consensus pour démolir la retraite à 60 ans.

Depuis plusieurs jours, une succession de déclarations de dirigeants politiques affichent une « volonté de consensus » pour remettre en cause la retraite à 60 ans. Le Président de la république Nicolas Sarkozy dans ses vœux aux Parlementaires s'est félicité d'un rapprochement de points de vue entre la majorité présidentielle et la gauche. François Fillon a assuré le service après-vente d'une telle déclaration.

Le Parti socialiste, sa première secrétaire, ses dirigeants les plus influents, François Hollande, Jean-Marie Le Guen et Manuel Valls actent chacun à leur façon du caractère inéluctable d'un premier recul à 61 ans ou 62 ans de l'âge légal. Ils remettent ainsi en cause la première mesure prise en 1981 : l'abaissement de 65 à 60 ans de l'âge légal de la retraite, qui était un choix de société.

Tous, au nom d'un modernisme qui irait de soi, avancent que ce serait le seul moyen de sauver notre système de retraite. Le Medef par la voix de madame Parisot, se réjouit d'un consensus en construction sur des bases... qu'il a toujours préconisées !

Si l'allongement de l'espérance de vie est un fait, il n'entraine pas, contrairement à ce que d'aucun affirme, l'obligation ou la nécessité de reporter l'âge de départ à la retraite. Le Medef oublie de s'interroger sur les plans de licenciements qui frappent des centaines de milliers de nos concitoyens de plus de 50 ans et les confinent à l'assurance chômage puis aux allocations de fin de droits, sans jamais pouvoir retrouver un emploi. Dans le même temps, faire travailler plus longtemps les salarié-e-s, c'est également réduire les possibilités d'accès à l'emploi pour les jeunes.

Le gouvernement et le Medef portent ensemble la lourde responsabilité d'avoir amené dans l'impasse les discussions sur les métiers pénibles. N'oublions pas non plus les gains considérables de productivité et les profits qui continuent de battre des records malgré la crise financière.

C'est cette politique qui fragilise gravement les ressources de l'assurance vieillesse. Les député-e-s communistes, républicains, du parti de gauche exigent une réforme profonde du financement des retraites par la mise à contribution des revenus financiers des entreprises et des banques et par une politique de création d'emplois, d’augmentation du pouvoir d'achat, des salaires et des pensions.

Au même titre que la taxe Tobin dédiée à l'aide au développement, une telle taxation permettrait sur ce secteur de l'économie d'apporter des dizaines de milliards d'euros au financement des retraites. Elle permettrait également de ne plus faire supporter aux seuls revenus du travail la charge du financement.

La droite a clairement annoncé que 2010 serait l'année de la révision de notre système de retraites. La gauche, le parti socialiste, ne doivent nourrir d'aucune manière cette nouvelle atteinte aux droits des salarié-e-s qui est en préparation. L'appel au «réalisme» est trop souvent annonciateur de capitulation. Nous disons non, résolument non, à ce recul de civilisation. Nous proposons une réforme progressiste des retraites et des pensions.

Paris le 20 Janvier 2010

Les Député-e-s communistes, républicains, du parti de gauche : Marie-Hélène Amiable, François Asensi, Huguette Bello, Martine Billard, Alain Bocquet, Patrick Braouezec, Jean-Pierre Brard, Marie-George Buffet, Jean-Jacques Candelier, André Chassaigne, Jacques Desallangre, Marc Dolez, Jacqueline Fraysse, André Gérin, Pierre Gosnat, Maxime Gremetz, Jean-Paul Lecoq, Roland Muzeau, Daniel Paul, Jean-Claude Sandrier, Michel Vaxès

 

 

Repost 0
Published by Marc DOLEZ - dans Politique intérieure
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 14:42

M. Marc Dolez s'inquiète auprès de M. le secrétaire d'État chargé des transports du projet de la SNCF d'abandonner le trafic des wagons isolés. Les conséquences directes et immédiates (9000 emplois de cheminots supprimés, 1,5 million de camions supplémentaires) se traduiraient notamment par la fermeture pure et simple du triage de Somain, dans le Nord, de ses ateliers, de son dépôt, soit 400 emplois sur le site, sans compter les emplois induits. Si ce nouveau plan de dépeçage de la SNCF devait être avalisé par les pouvoirs publics, des pans entiers du territoire ne seraient plus desservis par le rail en matière de transport de marchandises. C'est pourquoi l'État doit prendre ses responsabilités afin que, conformément aux objectifs définis par le Grenelle de l'environnement, ne soit pas abandonné un mode de transport non polluant, économe en énergie, avec un haut niveau de sécurité, qui finance ses propres infrastructures. Il lui demande, en conséquence, de lui indiquer s'il entend prendre dès maintenant toutes les dispositions nécessaires pour que le fret SNCF puisse continuer d'exister et se développer.

(Question écrite publiée au journal officiel du 22 septembre 2009.)

Repost 0
Published by Marc DOLEZ - dans Politique intérieure
commenter cet article
23 septembre 2009 3 23 /09 /septembre /2009 14:59

 

 

 

La taxe carbone revêt toutes les caractéristiques d’un nouvel impôt indirect qui pénalisera principalement les ménages modestes. Ce système, qui fait payer les classes populaires et moyennes, met en place un véritable droit à polluer pour les riches, peu affectés par les hausses des prix à venir. Les entreprises, en revanche, sont particulièrement ménagées avec l’exonération des plus grandes d’entre elles comme Total.

Les enjeux sont grands puisqu’il s’agit de réduire par quatre les émissions de CO2 d’ici à 2050, mais la méthode choisie n’est pas bonne : dispositif socialement injuste, la taxe carbone sera écologiquement inefficace.

Il est totalement illusoire de penser que les ménages réduiront significativement leur consommation de gaz et d’essence, en augmentant des prix déjà exorbitants et sans proposer d’alternatives viables notamment en matière de transports en commun.

La mise en œuvre d’une fiscalité écologique nécessite une refonte totale de notre système d’imposition. Une politique respectueuse de l’environnement suppose des investissements massifs et une maîtrise publique de l’énergie.

 

 

 

_________________

 


Repost 0
Published by Marc DOLEZ - dans Politique intérieure
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 09:31

 

Face à la décision de la droite de transformer la Poste en société anonyme afin de permettre sa privatisation, les syndicats, les partis de gauche et les associations d’usagers réclament un référendum.

Le gouvernement s’y refusant, ils ont décidé d’organiser une grande votation citoyenne le 3 Octobre*.

 

            Pour la défense du service public postal,

            Pour le maintien de la Poste de proximité,

            Contre la privatisation de la Poste,

 

            le 3 Octobre, Votons !

 

 

 

 

(*)Pour tout renseignement sur cette votation citoyenne :

http//www.appelpourlaposte.fr

 

Repost 0
Published by Marc DOLEZ - dans Politique intérieure
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 09:00

Ce 1er mai 2009, unitaire à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales, est une nouvelle occasion d’exprimer avec force la colère des salariés, des retraités, de toutes celles et tous ceux qui ne sont en rien responsables de la crise et qui n’ont pas à la payer.

Des mesures d’urgence s’imposent contre les licenciements, pour augmenter les salaires et défendre les services publics.

Pour s’attaquer vraiment aux racines de la crise, il faut aussi d’autres choix fondés sur la satisfaction des besoins sociaux par un autre partage des richesses.

C’est au peuple de se faire entendre.

Mais, pour rompre enfin avec les politiques libérales, il faut changer la donne à gauche.

C’est l’objectif du Front de Gauche qui a fait le choix de l’unité et du rassemblement pour offrir une perspective politique à l’unité réalisée dans les luttes et les mobilisations.

Le 1er mai, tous ensemble pour que ça change !

Repost 0
Published by Marc DOLEZ - dans Politique intérieure
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 09:44
Le Parlement, réuni en congrès à Versailles ce lundi 21 juillet, a donc adopté de justesse (1 voix de plus que la majorité requise des 3/5) la révision de la Constitution voulue par Nicolas Sarkozy.

 

Ce résultat n’a été acquis qu’à l’arraché, à coups de pressions et de menaces, mais surtout grâce aux voix de Jack Lang et de plusieurs élus radicaux de gauche.

Toutes les conséquences politiques devront être tirées de ces défections-trahisons qui donnent à Sarkozy le coup de main nécessaire et lui évitent un cinglant revers.

Pour ma part, j’ai résolument voté contre cette dangereuse révision qui renforce  l’hyperprésidentialisation de la 5ème République : voir mon blog des 4 juin et 29 mai 2008.

Le Parti Socialiste s’honorerait de dire, clairement et dès maintenant, que jamais il ne renoncera à rompre avec la 5ème République et à promouvoir une nouvelle République, sociale, laïque et parlementaire.

Repost 0
Published by Marc DOLEZ - dans Politique intérieure
commenter cet article